Son histoire :

Au commencement en 1985, il y a une rencontre avec la résine. Cette matière me donne la possibilité de faire des expériences graphiques sous forme de bijoux.

Après 2 années de recherches solitaires, je décide de faire l’école des Beaux-Arts à Mâcon en 1987. Cette expérience sera fondamentale dans mon parcours quant à ma manière d’appréhender le bijou et de lui donner une autre dimension que celle d’accessoire, ainsi que dans mon approche théorique des formes, matières et couleurs.

Après de multiples expériences, festivals, marché de la création à Lyon, marché artisanaux, salons, etc…,  j’ai ouvert en 1995 ma propre galerie « Emergence de Bijoux » à Gemaugue ( entre Chapaize et Cormatin en Bourgogne du sud).

 

Je fais partie de différentes associations, Art et Artisanat de Bourgogne, l’association des Mères Noël Belles de Mai, l’association  Métiers d’Art Au Pluriel, l’association “Sous Le Vent Des Arts” et je travaille également en collaboration avec d’autres artisans sur l’élaboration de différents projets.

Ma technique consiste en une recherche permanente sur toutes les matières possibles que je peux allier grâce à une résine de synthèse.

La résine, qui est une matière très légère et très souple, me donne une grande liberté dans l’élaboration de mes modèles.

Ceux-ci sont dans un premier temps « esquissés » avec un fil d’acier galvanisé.

Des tissus ou différents papiers (papier journal , papier glacé ou papier photo peint ) ainsi que des peintures à même la résine vont représenter la première strate de mon bijou. Sur cette base je vais créer des motifs à partir de verres , miroirs, métaux, matières naturelles ( galets,  coquillages et graines ) , matières textiles (galons, broderies ) etc …

Partir de mots pour créer des formes n’est ni plus ni moins qu’une sorte de calligraphie matérialisée sous formes de bijoux, un prétexte qui devient complexe du fait du choix des mots au fil du temps. C’est ainsi, je ne peux pas m’en empêcher, on me donne un thème, il faut que j’y dépose mes mots ceux qui font sens pour moi , et d’en faire des bijoux ajoute du sens et m’ajoute techniquement des possibilités formelles . Je peux aussi, en tant qu’amatrice de littérature, donner à mes bijoux mots la fonction poétique du langage, parce que c’est souvent ce qui préside au choix des mots , mais pas seulement! Les mots choisis ont aussi une fonction émotive ou expressive „infiniment“, ils peuvent pour certains avoir une fonction référentielle, le lai de Marie de France ou les couplets de La Javanaise. En faire des bijoux, c’est donner aux lettres une autre occasion d’être belles.