Mon histoire :

Nomade depuis ces vingt dernières années, ZA-P (Isabelle Petit), issue des réseaux de la contre-culture qui l´ont menée à pratiquer différentes disciplines artistiques telles que, parmi d´autres, la photographie, la sérigraphie et l´art urbain, a voyagé à travers l´Europe et s´est spécialisée dans les arts visuels obtenant un diplôme en montage digital à l´Université des Arts Cinématographiques de Barcelone (2007 – 2009)   Son goût pour la découverte de lieux insolites et quelques années passées à Berlin influencent sa démarche artistique qui tente à souligner la beauté de la déchéance urbaine et nous replacer dans l’environnement que nous avons abandonné en nous faisant découvrir l’incongruité de notre surconsommation, et par conséquent nous appeler à la réflexion.Depuis 2013, son travail photographique se concentre donc sur la chute du progrès industriel et de la Nature reprenant ses droits sur ce que l´Homme a laissé derrière lui, et les objets de décoration qu´elle crée, associant la sérigraphie,la photographie et la construction métallique, sont fabriqués à partir de matériaux recyclés.

En 2015, elle décide d´allier ses capacités à son intérêt pour différents modes de vie et la découverte de nouveaux environnements.Ses expériences l´inspirent pour orienter ses intentions artistiques à prendre une dimension sociale à travers le partage du savoir, l´apprentissage à partir de collaborations, le questionnement des comportements humains, les différence et similarités culturelles en créant des ateliers socio-éducatifs.

 Mon travail :

Son travail artistique est basé sur une combinaison de ses savoir-faires ayant pour base la photographie.Ses images sont au coeur de ses créations dont elle varie les supports en favorisant la découverte de nouvelles techniques et le recyclage.En résultent des photographies signées, numérotées, à tirage limité (de 10 à 25) , des plaques en métal sérigraphiées, du transfert d´images sur bois et métal, des boîtes lumineuses en métal recyclé (modèles uniques)

Adepte de la discipline de l’exploration urbaine, offrant des découvertes de sites des plus insolites au plus inquiétants, elle dévoile avec ses collections d´images, la vie déroutante de lieux uniques, laissant place à des spectacles surprenants, aussi terrifiants que poétiques.Les constructions humaines, une fois abandonnées, sont vite englouties par la puissante Dame Nature et ces scènes parfois apocalyptiques font ressortir une sensation de sérénité où l’homme n’a plus vraiment sa place.Cela nous entraine vers une pensée philosophique au-delà de l’artistique sur la place de l’Homme et son impact dans l’univers.

Passant des installations D.I.Y aux ateliers professionnels pendant plus de dix ans, elle explore les différentes techniques de la sérigraphie pour les faire siennes.Après une pause de quelques années, elle se lance dans l´impression sur le métal en favorisant le côté artisanal de la sérigraphie et en utilisant ses propres photos comme motif.

Dans son atelier de glaneuse, rien ne se perd tout se transforme.L´utilisation de tôles et de planches en bois comme support pour remplacer le papier photographique mettent en valeur l´image et lui donne une autre dimension.Chaque tirage en devient unique et le matériel utilisé fait écho au thème de la photographie.

La base de la création de ses boîtes lumineuses se fait à partir d´un détournement de matériaux en métal retrouvés lors d´explorations de vieilles usines pour leur redonner une seconde vie.Chaque pièce est par conséquent unique.Elles sont assemblées par le biais de la construction métallique et accompagnées d´une photo illuminée par des ampoules LED.