Son histoire :

Après plus de vingt années passées au service de l’Education Nationale en tant que professeur de lycée, j’ai choisi de renouer avec mes affinités profondes (grande tendresse pour les lapins et amour de la laine et du tricot) et j’ai alors entamé un processus de reconversion pour mettre en place l’activité d’éleveuse de lapins angora, productrice de laine et créatrice de modèles uniques tricotés main, allant de l’accessoire (écharpe, bonnet, mitaines…) au vêtement plus élaboré (pull, veste, robe…).

Je me suis formée à cette nouvelle activité grâce à la transmission d’un éleveur expérimenté qui a pris sa retraite début 2016. Il m’a donc initiée au soin à apporter aux lapins, à la pratique de la récolte du poil, m’a mise en contact avec la filature qui transforme la matière première en laine, et m’a également vendu en juin 2014 mes premiers lapins (2 mâles et 10 femelles) afin que je puisse développer mon activité.

 

 

 Mon travail :

Aujourd’hui j’ai une cinquantaine de lapins. Au moment de la mue, qui s’effectue naturellement tous les 100 jours, je procède à la récolte du poil au moyen d’un peigne. Au brossage, les poils tombent en quantité sans que le lapin ne souffre. A chaque fois, je procède en 2 temps de manière à ce que le lapin garde toujours une partie de sa toison, ce qui est important notamment en hiver.

Les lapins sont habitués à moi et je les manipule très précautionneusement pour éviter le stress.

Un lapin produit en moyenne un petit kilo de poil par an ; les lapins donnent du poil tout au long de leur vie et ils meurent donc de vieillesse en sachant qu’ils ont une espérance de vie moyenne de 6 à 8 ans.

On distingue 2 qualités de poil :

Le poil jarreux et laineux qui constitue la majeure partie de la toison de l’animal ; ce poil sera transformé en laine. C’est une petite filature artisanale (Filature du Valgaudemar dans les Hautes-Alpes) qui effectue la transformation de ma matière première : filage et teinture. Elle me restitue donc après transformation les pelotes de laine dans les coloris et qualités que j’ai demandés ; j’ai en effet plusieurs qualités de laine : une laine 100 % angora qui est la plus douce et la plus vaporeuse, et des laines composées dans des proportions variables (70%/30% ; 50%/50% ;40%/60%) de poil angora et de laine mérinos . Les qualités principales de la laine angora sont l’extrême douceur et la grande chaleur qu’elle prodigue. Cette fibre noble est également très légère et thermorégulatrice.

Le poil feutré ( poil emmêlé et poil mou des jeunes lapins avant leur 1ère année) sera lui filé et associé à de la laine et du polyamide pour fabriquer les chaussettes, les chaussons et les gants qui sont eux tricotés machine par une petite entreprise en Indre et Loire. On a alors la chaleur et la douceur de l’angora associées à la résistance et solidité de la matière feutrée.
Mon activité est donc très complète, complexe et diversifiée car mon temps de travail se partage entre le soin quotidien apporté aux lapins et la récolte du poil, la gestion de la transformation, la production – création de modèle et tricot main- et la commercialisation essentiellement en vente directe.

Je dispose d’une page facebook Phil’angora sur laquelle vous pouvez me suivre.